INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 20/11/2021, PLUS DE 41000 VISITEURS EN 2 ANS ET 8 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! /KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

aevaismaisnosààÀ

Ce site est avant tout dédié à la langue marquisienne ; il propose des articles variés rédigés par Jacques Iakopo Pelleau, des études de vocabulaire, une bibliographie, les prières et la liturgie catholique dominicale à venir. Dans ce menu, les articles les plus anciens se trouvent tout en bas de la page.

Sont aussi à disposition du visiteur quelques chansons marquisiennes et leur traduction ainsi que de nombreuses vidéos en langue marquisienne.

Un cours d’initiation à la langue marquisienne, te èo ènana/ènata, agrémenté d’un support audio, peut y être consulté aux côtés d’un lexique de base français-marquisien.

L’Histoire des îles Marquises y est aussi racontée sous la forme de 66 podcasts ponctués de chansons marquisiennes et de 6 vidéos inédites.

 

Na tēnei tohua niutavavā e haakaìè i te èo ènana/ènata ; e haaìteìa ai te mou hātika tekao patuìa e Jacques Iakopo Pelleau atii me te mou tekao kaitutoìa i ùka he èo ènana/ènata, te tau hāmani taetae oko me te tau pure tominika o te haatià katoriko. Mea nui atii te tau èo taki èka me te tau ata vii ma he èo ènana/ènata. I hua hope, ma àò te tau hātika i patuìa tōmua

E koàka ai oti i te tau haoè te hakako mai i te èo ènana/ènata ma òto o tītahi hakakoìa hakatu maeka no âtou.

Totahi atu, ua ìò te « Âkakai o te Henua ènana/te Fenua ènata » he hope taetae oko o tēnei tohua niutavavā. A hakaòko atu i te 66 haamevahaìa èo ; a tiòhi atu i nā ata vii e ono e tapatapa ana i hua âkakai taetae nui !

Nouveautés

 

E aha te tekao hou ?

  • MARS 1863 : CODE DORDILLON / DE LA RICHERIE – Intégralité des textes officiels
    L’année 1863 est l’« Annus horribilis » des ènana, particulièrement ceux de Nuku Hiva. Elle marque l’histoire des îles Marquises par la publication conjointe de Mgr René Ildefonse Dordillon et du Commissaire impérial Louis Eugène Gaultier de la Richerie d’un document intitulé du « Règlement du 20 mars 1863 pour la conduite des indigènes de l’île Nuka-Hiva » qui porte une interdiction massive sur tout ce qui faisait l’âme des Marquises et des Marquisiens.
  • 18 JUIN 1842 : RAPPORT DE DUPETIT-THOUARS SUR L’ANNEXION DES MARQUISES
    Rapport adressé par le contre-amiral Abel Dupetit-Thouars à M. le Ministre de la Marine et des Colonies, sur la navigation de la frégate la Reine-Blanche, après son départ de Valparaiso, et sur la prise de possession de l'archipel des îles Marquises.
  • HISTORIQUE MISSIONNAIRE DE UA POU : 1840 - 1904
    {seog:disablle} Texte dactylographié autrefois par le Père Alain Gilbert, retranscrit par Jacques Iakopo Pelleau, dans lequel on découvre un historique missionnaire de Ua Pou depuis 1840 jusqu’à 1904, date de la séparation entre les Églises et l’État.
  • AOÛT 1838 - NUKU HIVA : ESCALE ILLUSTRÉE DE DUMONT D’URVILLE
    Du 26 août au 3 septembre 1838, après avoir parcouru l’Atlantique, fait une halte au pôle sud et pénétré le Pacifique, l’Astrolabe et la Zélée, deux corvettes françaises commandées par Dumont d’Urville, font, à Nuku Hiva, une courte escale illustrée par des artistes d’exception dont les œuvres sont présentées dans cet article émouvant.
  • DEGRÉS DE PARENTÉ (Marquisien-français) - TE HAKATU O TE HUAAHAÈ (NUKU HIVA)
    E aha te hakatu o te huaahaè ? O ai to òe motua tuaana ? O ai to òe kui teina motua ? Na tēnei tumutekao e haamāàma oti ia òe.Quelles sont les appellations traditionnelles des degrés de parenté en marquisien ? Jacques Iakopo Pelleau fait ici le point des données qu’il a rassemblées pour vous.
  • ORIGINES DE TEMOANA : DE NOUVELLES QUESTIONS…
    Entre les détails du journal du missionnaire Crook (1798), qui fondent la généalogie usuelle de Temoana, et ceux donnés par le Pasteur Stewart en 1829 qui la remettent en question, la vérité historique cherche son chemin ; parviendra-t-elle un jour jusqu’à nous ?
  • L’HISTOIRE MÉCONNUE OU INCONNUE D’UNE 3ème VAEKEHU, PRINCESSE-HAATEPĒIÙ DE NUKU HIVA
    Tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Marquises savent-ils qu’une « troisième » Vaekehu, du même sang et de même rang que les deux autres, aurait pu changer le cours de l’histoire ?
  • 1829 - Charles S. Stewart : extrait de « A Visit to the South Seas » - Traduction inédite (Escale du navire américain Vincennes à Nuku Hiva)
    Entre le 26 juillet et le 13 août 1829, le sloop de guerre américain Vincennes fait une escale à but humanitaire à Nuku Hiva ; à son bord le Pasteur Charles Samuel Stewart nous raconte la découverte des vallées Teii de Taiohae, des territoires Hapaa de Teuhitua et Vaituku, de la vallée Taioa de Hakaui, des vallées Taipi de Hooumi et Taipivai et de la vallée Hapaa de Hakapaa. Il nous aussi fait part de ses réactions d’Américain et de pasteur…
  • « PETO » vs. « NUHE » : HISTOIRE DE CHIENS MARQUISIENS
    Le mot français « chien » se traduit par « peto » dans les îles de Nuku Hiva, Ua Pou et Ua Huna, et par « nuhe » à Hiva Oa, Tahuata et Fatu Iva. Pourquoi cette différence d’appellation pour un animal aussi commun ?
  • « Essai en vue d’un Dictionnaire et d’une Grammaire (…) des îles Marquises - Crook - 1799 », traduction de Jacques Iakopo Pelleau
    Suite à sa traduction du « Journal Marquisien, 1799-1806 » d’Edward Robarts publié aux éditions Haere de Tahiti fin 2018, l’éditeur Robert Koenig, attira l’attention de Jacques Iakopo Pelleau sur l’importance historico-linguistique du premier dictionnaire marquisien-anglais initié par le Pasteur William Pascoe Crook en 1799, lors de son long voyage de retour en Grande-Bretagne au terme d’un séjour de vingt mois sur la Terre des Hommes.
  • SITE DE PAEKĒ - VALLON DE VAITĀVII - VALLÉE DE TAIPIVAI - NUKUHIVA
    Situé dans la vallée de Taipivai à Nukuhiva, le site de Paekē daterait du XVIème siècle; il est le seul de l’île à comporter autant de grands tiki, dix en tout, répartis sur les différentes plateformes de pierres, ou paepae.
  • Les élèves de la classe de seconde du Lycée agricole Saint Athanase de Taiohaè invitent l’Académie.
    Le lundi 19 octobre 2020, à 10h00, les élèves de la classe de seconde du Lycée agricole Saint Athanase de Taiohae ont reçu les membres de l’Académie qu’ils avaient invités afin de se familiariser avec l’institution et ses activités.
  • HOANE, chanson de RATARO
    En la mémoire de Hoane, bébé de Uapou décédé le 06/10/2019 par manque de moyens matériels pour le sauver.
  • Octobre 2020 : l'Académie marquisienne et le Circonscription pédagogique travaillent main dans la main.
    Depuis la rentrée scolaire 2020, grâce à la détermination de Madame Aline Heitaa-Archier, inspectrice du premier degré des Marquises, l'enseignement du Marquisen a repris dans les écoles de l'archipel. Participons tous à ce renouveau de la langue marquisienne !
  • 1840 - Capitaine M.F. Bernard : « Mission du brick le '' Pylade '' aux îles Marquises »
    Entre avril et mai 1840, le capitaine Bernard arrive aux Marquises sur le Pylade ; il mène une campagne de reconnaissance de l’état de l’archipel, probablement dans la perspective de l’annexion qui se déroulera deux ans plus tard. Malgré sa brièveté, ce rapport non officiel nous donne une foule de détails intéressants sur Nukuhiva, Ùapou et Tahuata et leurs chefs : Temoana, Heato et Iotete. (10 pages)
  • 1798 - Edmund Fanning : extrait de « Voyages round the World » - Traduction inédite de l'anglais
    En mai 1798, le navire américain Betsey fait escale à Vaitahu (Tahuata) et Taiohaè (Nukuhiva) ; il n’est que le troisième ou quatrième vaisseau à s'arrrêter dans cette dernière. Il est commandé par le capitaine Edmund Fanning. À son bord, se trouve aussi le Pasteur William Pascoe Crook qui vient de passer un an à Tahuata et qui restera jusqu’en janvier 1799 à Nukuhiva. À l’intention des francophones, Jacques Iakopo Pelleau a sélectionné et traduit la soixantaine de pages relatant les détails inconnus et passionnants de ces deux escales jamais encore traduits en français. (55 pages)
  • PAEPAEÀKI, NOM ANCESTRAL OUBLIÉ DE LA BAIE DE TAIOHAÈ ?
    En mai 1798, le navire américain Betsey fait escale à Taiohaè ; il est commandé par le capitaine Edmund Fanning. À son bord, se trouve aussi le Pasteur William Pascoe Crook qui vient de passer un an à Tahuata et qui restera jusqu’en janvier 1799 à Nukuhiva. Dans son journal, Fanning fait la description de la baie de Taiohaè qu’il nomme « Tiuhoy » ; il écrit aussi que la partie de la baie où leur navire est mouillé (face à la plage de Vainahō) se nomme « Payepayeachee », Paepaeàki. Ce nom magnifique est-il le nom ancestral oublié de la Baie de Taiohaè ?
  • 1823 - Gabriel Lafond de Lurcy : « Voyage aux îles Marquises »
    Gabriel Pierre Lafond de Lurcy (1801-1876) est un navigateur, explorateur et aventurier français qui participa à l'indépendance du Pérou et de l'Équateur, et comme représentant du Costa Rica en France. En 1823, José de San Martín (« Protecteur » du Pérou dont il vient de proclamer l’indépendance) lui donne le commandement de la goélette Estrella pour intercepter les navires espagnols opérant au nord de Callao, et chercher un lieu de déportation pour les opposants ; il part vers les Marquises et Tahiti. (44 pages)
  • 1817 - Camille de Roquefeuil : extrait de « Journal d'un Voyage autour du Monde »
    Le 11 octobre 1816, le navire français le BORDELAIS quitte Bordeaux pour une campagne commerciale au tour du monde qui durera trois ans et un mois ; il est commandé par le capitaine Camille de Roquefeuil. Afin d’hiverner, le navire arrive aux îles Marquises en décembre 1817 : c’est le 1er navire français à y faire escale depuis le passage de Marchand sur le SOLIDE en juin 1791. Cette publication est composée de l’extrait du journal du capitaine qui raconte l’escale de deux mois dans l’archipel de la Terre des Hommes. (50 pages)
  • Récit de William Leblanc : ce qu'en pense l'ethnologue et anthropologe Robert Carl SUGGS
    Carl Robert SUGGS est un archéologue et un anthropologue américain qui a mené de nombreuses campagnes de fouilles à Nukuhiva tout au long des années 1950-1960. Il donne ici son avis sur le « Récit » de William Leblanc, autrefois publié sous le titre « Souvenirs d'un Vieux Normand » et réédité en Polynésie française en 2006.
  • PROMOTION ET PROTECTION DE LA LANGUE MARQUISIENNE : L'ACADÉMIE MARQUISIENNE SE RÉUNIT À HIVAÒA
    Les membres de l’Académie marquisienne « Tuhuna èo ènata » se sont réunis en session plénière à Àtuòna, Hivaòa du 7 au 11 juillet 2020. Voici le détail des activités de la semaine de travail.
  • 28 JUILLET 1595 : Première messe catholique aux îles Marquises
    Pour les Catholiques marquisiens, c’est le vendredi 28 juillet 1595 que l’Évangile fut lu pour la première fois sur le sol de la Terre des Hommes ; c’était en espagnol, à Vaitahu.
  • TABLEAU RÉCAPITULATIF DES MAIRES DES MARQUISES ÉLUS DEPUIS 1972
    Jacques Iakopo Pelleau vous propose le relevé des résultats de élections communales depuis 1972 dans un tableau exposant le nom des maires des Marquises élus depuis cette date-là.
  • 1797 - William Wilson : extrait de « A Missionary Voyage... » - Traduction inédite de l'anglais
    Les 5 et 6 mars 1797, le navire missionnaire Duff arrivait à Tahiti après un voyage de plusieurs mois depuis la Grande Bretagne ; trois mois plus tard, il était aux Marquises où il déposait William Pascoe Crook à Tahuata. Dans cet extrait du journal du second capitaine, William Wilson, Jacques Iakopo Pelleau a traduit pour vous le passage consacré à l’escale de Vaitahu en juin 1797. (30 pages)
  • 1814 - John Shillibeer : extrait du « Voyage du BRITON » - Traduction inédite de l'anglais
    Après son long séjour à Nukuhiva en 1813, le commodore et corsaire américain David Porter est capturé par les Anglais à Valparaiso au Chili. Apprenant son annexion de Nukuhiva, quelques navires anglais se rendent sur place en août 1814 afin d’y effacer le souvenir du « yankee ». Parmi les officiers, se trouve le lieutenant John Shillibeer qui rédige le journal de cette expédition. (32 pages)