INFOS / MOU TEKAO HAKAÌTE

       AUJOURD'HUI 19/11/2020, PLUS DE 25000 VISITEURS EN 21 MOIS !!! MERCI À TOUS !!! /KOÙTAÙ NUI/VAIÈI NUI ÔTOU PAOTŪ !!!  DE NOUVEAUX ARTICLES ET LA LITURGIE CATHOLIQUE SONT PUBLIÉS DANS LES DEUX LANGUES CHAQUE SEMAINE ; RETROUVEZ-LES DANS LEUR RUBRIQUE RESPECTIVE !  À BIENTÔT ! ÒOA IHO !

Le site de partage de la langue marquisienne
Te tohua niu tavavā hou mea àva atu àva mai i te èo ènana
The new site for sharing the Marquesan language

Vue de la plage Vainahō et du Fort Collet, Taiohaè, Nukuhiva. René Gillotin, 1844.

Māere, Fa’ahiahia vs Mahaò (Surprise et étonnement)

Écrit par

Pour exprimer l’étonnement, la surprise ou l’émerveillement, il faut cesser d’utiliser les mots tahitiens « māere » et « fa’ahiahia ». En marquisien, il existe un mot équivalent qui exprime encore mieux la force de l’émotion, c’est le mot-base « mahaò ».

surprise

A)- À la page 172-I de son dictionnaire, voici ce que nous en dit Mgr Dordillon :

*- Mahaò : admirable, étonnant ; admirer, être rempli d’admiration ; louer quelqu’un ; s’étonner ; pē/pī i te mahaò : être grandement surpris, ravi, étonné de…


B)- « Te Tama Hakaìki iti » est la traduction en langue ènata du « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry par Tehaumate Tetahiotupa et ses collègues de l’Académie marquisienne ; c’est désormais pour nous tous une source inestimable d’exemples modernes. En voici quelques extraits :

*- Page 10 : « J’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire… » / « Me to ù ìte e tahi kaiū ènana mahaò nui… »

*- Page 10 : « …avec des yeux tout ronds d’étonnement ». / « …me nā mou mata pī i te mahaò ».

*- Page 16 : « Ça ne pouvait pas m’étonner beaucoup ». / « Aè hoì au i mahaò oko ».


C)- On peut aussi exprimer l’étonnement et la surprise à l’aide du mot-base « kiiete ».

1)- Curieusement, on ne trouve pas ce mot dans l’édition de 1904 du dictionnaire de Mgr Dordillon ; il faut la chercher dans celle de 1931. Et c’est à la page 221 qu’on le retrouve avec les significations suivantes :

*- Kiiete, frisson, sursaut, surprise ; frissonner, tressaillir ; exemple « U kiiete Toma i te haametaù », « Toma frissonne/frissonna de peur ».

2)- Dans « Te Tama Hakaìki iti », on trouve aussi :

*- Page 9 : « Alors vous imaginez ma surprise quand… » / « E vivini ana ôtou i toù kiiete i… ».

*- Page 13 :  « Mais je fus bien surpris de voir s’illuminer le visage de mon jeune juge ». / « Mea à, o au te mea i kiiete i to ù ìteìa (i) te puàhaìa o te mata o to ù haavā māhaì hou ».


D)- Dans les deux éditions du dictionnaire, le mot-base « èmièe » est proposé avec les mêmes significations que « kiiete » ; de nos jours, on trouve « èmièe » avec le sens de « être choqué » (Lexique en images de l’École Saint-Joseph de Taiohaè, page 26)


E)- La surprise et l’étonnement peuvent enfin s’exprimer avec des exclamations plus ou moins élaborées :

1)- « Kanahau ! » ou bien « O ! Kanahau ! », « Que c’est beau ! », « Oh ! Que c’est beau ! ». Il faut faire remarquer ici que, si le mot-base « kanahau » est devenu d’un usage fréquent, autrefois, il ne s’employait que sous cette forme d’exclamation et non comme qualificatif.

2)- Autres expressions :

« Ae ! Ae ! Ae ! Ae ! » / « Oh la la ! »

« Auē te mahaò ! » / « Quelle surprise ! »

« Ihe te mei heò ! » / « Eve te mei heò ! » / « Que ce mei est lourd ! »

« Ihea te èmièe ! » / « Quelle surprise ! »

« E ao paa ! » / « C’est étonnant ! » (Dordillon, page 116-I)

3)- On trouve d’autres manifestations de surprise dans « Te Tama Hakaìki iti » :

*- Page 13 : « Tiens ! Il s’est endormi. » / « E ō ! U hiamoe te kaiū mutō ».

*- Page 15 :  « Quelle drôle d’idée ! » / « Teia maakau huìkē ! »

4)- Face à une remarque étonnante, on peut encore exprimer sa surprise à l’aide de « Ae ? » / « Ah bon ? ».

5)- Enfin, les deux langues ont presque la même expression pour exprimer une surprise teintée de déception. En français « Les bras m’en tombent ! » et en marquisien « Ua motu tu ù ìima ! » (Dordillon, p. 191-I)


F)- Comme il ne faut jamais manquer une occasion d’enrichir son vocabulaire, revenons sur les deux mots-bases tahitiens « māere » et « fa’ahiahia » pour lesquels l’Académie de leur langue donne les traductions « stupéfiant, merveilleux, admirable ; être rempli d’admiration ».

Dans son dictionnaire, Mgr Dordillon donne à chacun de ces mots une définition différente, forcément empreinte de la vision de son époque.

*- Page 187-II : Pour « stupéfiant », il écrit « Mea èmièe, mea haametaù ».

*- Page 133-II : Pour « merveilleux », il renvoie à « merveille » : « Mea kanahau oko ; mea makivikivi ».

*- Page 9-I : Pour « admirable », on trouve « kanahau » auquel vient s’ajouter « mahaò ».

De nos jours, si « èmièe » et « haametaù » renvoient à ce qui provoque la crainte, si « kanahau » s’adresse à la beauté simple, « makivikivi » et « mahaò » conviennent parfaitement à la beauté source d’admiration.

G)- Pour conclure (peut-être ?) :

Afin d’exprimer son admiration, il faut remplacer « fa’ahiahia » et « māere » par « makivikivi » ou « mahaò ».

« C’est admirable ! » se dira donc « Mea makivikivi ! » ou « Mea mahaò ! », ou bien encore « E ao paa ! ».

 

Patuìa e Jacques Iakopo Pelleau

 

Comments est propulsé par CComment